Tout savoir sur PETITE SÉRIE

Notre histoire

Si vous preniez ce que vous détestez le plus et
que vous le combiniez avec ce qui vous inspire le plus.

Qu’est-ce que cela donnerait à votre avis ?

 

Moi je sais ! Enfin, je l’ai découvert y-a pas longtemps.

 

Pour comprendre, je vais vous raconter deux histoires.

Voici la première histoire sur ce qui m’inspire le plus.

Nous sommes en plein été 2011, la chaleur du mois d’août rendait la peau moite et toute collante. Ma grande sœur arrivait bientôt à son terme, mais la petite se faisait attendre. Et c’est finalement à la fin du mois d’août que l’on reçoit enfin le SMS tant attendu. Ça y est! Emma est née! Ma grande sœur était la première parmi nous trois à avoir un bébé. Je vous raconte pas l’évènement que c’était dans notre famille. Mon père est devenu grand-père et ma mère, grand-mère. Ça paraît logique à dire, mais ça change tout. Et moi, j’étais devenue tata! J’attendais que ça, qu’elle m’appelle tata (pas tout de suite je sais). J’étais toute excitée, j’avais qu’une envie, aller la rencontrer tout de suite!

 

Mais je devais prendre mon mal en patience, car je devais aller chercher ce jour-là une amie de passage à Paris qui venait du Japon. Mon amie du Japon arrive enfin, je lui annonce la grande nouvelle et elle est toute aussi excitée de rencontrer Emma, ma nièce;-) !

 

Nous allons à l’hôpital où ma sœur séjournait. Et avant d’ouvrir la porte de sa chambre, je savais que j’allais enfin voir ma petite nièce, que j’attendais ce moment depuis plusieurs mois, que je l’apprécierai au premier regard… mais je savais pas à ce moment là, à quel point ça allait affecter ma vie !

 

Il a fallu un simple contact, je l’ai prise dans mes bras, le temps était comme suspendu, plus rien d’autre n’avait d’importance, pour ressentir un tel sentiment d’amour envers un être vivant. C’était émouvant, magique, intense ! Depuis ce jour, mon amour et intérêt pour mes nièces et mon neveu ne cessent de se développer en les voyant grandir, évoluer et s’épanouir. Je les adore ! Ils sont ma source d’inspiration.

La deuxième histoire est tout aussi intense mais dans le sens opposé.

J’étais graphiste pendant plusieurs années et quand Emma est née, j’ai commencé à lui faire des vêtements. Ma mère étant couturière, elle m’a aidée à les fabriquer. L’envie s’est transformée en passion et pourquoi pas en faire mon métier.

 

J’ai fait mes premières armes dans une marque de grande distribution de vêtement enfant. Je découvre les coulisses de la fabrication de vêtements à grande échelle. J’étais en charge du département de la nuit, c’est-à-dire que je créais les pyjamas pour enfants.

 

Je me souviens la première fois où j’ai reçu mes premiers prototypes d’usines. Je voyais « en vrai » ce que j’avais dessiné et pensé sur ordinateur. C’était super de voir mes premières créations prendre vie. Il fallait pour chaque modèle faire un compte rendu sur ce qui allait et ce qui n’allait pas. De la forme globale du modèle à la qualité du fil utilisé. De la taille des poches à la couleur utilisée sur les animations. Bref tout devait passer au peigne fin. On devait dire si la couleur tirait trop vers le jaune, la rendre moins jaune, etc… Je m’attèle à la tâche. Super fière de pouvoir juger le travail pour qu’il soit le plus conforme à mes attentes. Après avoir fini mes comptes rendus sur les proto en temps et en heure, ce n’est qu’après que je me demande : ” Mais comment ça se passe en fait en usine quand je leur dis que la couleur est trop jaune ? Comment les machines fonctionnent ?” Je demande à une collègue qui s’est déjà déplacée sur place de m’expliquer. Malheureusement, elle ne savait pas comment les machines dosaient les couleurs.

 

Ce questionnement a été le début d’une longue série. Le côté absurde de dire que c’est trop jaune m’amène à me questionner sur la façon dont ils procèdent et ce que deviennent les matières avec la mauvaise couleur ? De fil en aiguille, je remonte la chaîne du processus de fabrication dans l’industrie du textile. Je découvre les conséquences catastrophiques sur l’environnement et la planète. Cela réveille en moi une telle indignation envers l’industrie du textile (2ème industrie la plus polluante au monde)!

 

Je ne pouvais plus continuer à faire comme si de rien n’était. Je ne pouvais plus continuer à consommer comme je le faisais. Il y a tellement de matières qui sont produites puis jetées. Cela façonne une société de consommation qui ne donne plus trop d’importance au vêtement, à la matière. Et les répercussions sur l’environnement sont désastreuses. Dans quel monde nos enfants, nos petits-enfants vont-ils vivre? Il doit y avoir une autre façon de faire. On doit pouvoir faire les choses différemment pour produire et consommer d’une manière plus respectueuse de la planète ! J’en suis convaincue!

C’est la rencontre entre mon inspiration pour les enfants et ma révolte envers la production textile de masse, qui a donné naissance à PETITE SÉRIE. Une marque de vêtements enfant 100% upcycling pour apporter ma contribution à un meilleur avenir sur notre planète pour les générations à venir.

– Mère Teresa –

SlowNews

Toute la Slow Actualité de PETITE SÉRIE !

Livraisons & Retours

Paiement Sécurisé

Confidentialité

Mentions légales

CGV

 

Contactez-nous par email : contact@petiteserie.com

 

© Copyright 2018 PETITE SÉRIE – Tous droits réservés